Comment se rejoindre?

Inquiets de laisser seuls dans la journée leurs parents âgés et dépendants,
des personnes font appel à une association pour une simple présence.

Si cette présence rassure les enfants,
qu’en est-il des parents acculés à un choix qui n’est pas le leur?

Petite sœur Mélanie, de par son travail, s’est trouvée malgré elle entre ces deux volontés.
Comment à la fois respecter la non-adhésion à un projet et ouvrir à un possible relationnel?

 

Échapper à une situation non choisie

Accepter ?

 

« Une simple présence de compagnie » avait demandé le fils,
mais ce n’était pas ce que cette personne très handicapée physiquement souhaitait.

 

 

 

 

 

Respecter la non-adhésion au projet

 

Notre compagnonnage devant la télévision n’avait rien de très relationnel
et le contrat avec l’association était sur le point de se rompre.

 

 

 

 

 

Essayer encore?

L’association m’a demandé d’essayer encore quelques jours.
Durant ce temps je me posais la question de ce qui pourrait intéresser
cette dame qui avait une formation d’enseignante?

 

A tâtons, je lui ai demandé :

« Pourriez-vous s’il vous plait m’apprendre l’allemand? »

 

Besoin les uns des autres

 

Sa réponse affirmative nous a ouvert à toutes les deux
un autre avenir relationnel.
A partir de ce lien si fragile, nous avons pu parler d’autre chose,
élargir l’horizon.

La télé continue d’être allumée,
un peu comme une ambiance de fond. »

 

Marie rend visite à sa cousine Élisabeth

 

 

 

« En tout être humain,
derrière les voiles et les apparences,
elles verront un être sacré »  » *

 

 

 

 

 

* Citation dans :
« Petite Sœur Magdeleine de Jésus »
De Petite sœur Annie de Jésus
Édition Cerf, page 157

 

Laisser un commentaire