Emploi, vie de famille, de fraternité, quel équilibre?

Les conditions de travail, de chômage… influencent notre vie quotidienne;

si l’emploi est incontournable pour une prise en charge responsable de la vie économique,
comment trouver l’équilibre préserver des relations harmonieuses en famille, en communauté, dans tout groupe humain ?


Des tensions diverses

Les tensions qui existent dans l’équilibre relationnel d’une famille, à cause de l’emploi ou du non-emploi, se retrouvent dans notre vie de fraternité.

Lorsque nous sommes plusieurs au travail il est parfois difficile de nous retrouver toutes ensemble. Les horaires différents, hachurés réduisent les temps de convivialité.

 

 


Des questions sans cesse actualisées

Quels moyens pour résister à l’ambiance d’individualisme, de compétition, d’efficacité…
pas seulement pour un choix d’équilibre de vie mais aussi par respect de la Création
libre voulue par Dieu.

Oser poser des limites pour rendre moins poreuse la frontière entre le temps professionnel et celui de la famille, de la communauté, ou simplement personnel.


Où nous portent nos rêves?

Nous avons choisi la solidarité pour être en proximité avec ceux qui vivent ces conditions souvent inhumaines dans le stress, les excès de fatigues, les blessures physiques tel le mal de dos, ou encore le burn out…

Mais jusqu’où aller ?

 

 


Ce qui est primordial

« Un emploi me permet de participer à la vie économique de ma fraternité,
et de partage avec celles qui à travers le monde se trouvent en difficulté.

Le travail cependant ne se résout pas à cela,
il me met en lien avec des collègues,
et j’ai à cœur de ne pas passer à côté de ce qui est primordial :
la relation à l’autre. »

 

 

Privilégier cet aspect demande parfois pas mal d’imagination.

Pourtant un sourire, un mot pour demander des nouvelles des enfants, de la famille… sont comme des victoires d’humanité.

 

 

 

 


Pain rompu pour la vie du monde

Si le risque est bien présent de s’identifier de manière
radicale à la condition d’ouvrière,
notre choix de vie nous recentre sur Jésus et l’Évangile.

Le travail est l’un de ces morceaux de pain
rompu pour la vie du monde.
C’est un aspect de Nazareth à travers lequel nous rejoignons,
par le vécu, une solidarité profonde.

A l’image de Dieu, aimer sans limites,
et être collaboratrices de sa Création.

 

Laisser un commentaire