Un « Rameau » surgit

Tout au long de sa route Petite Sœur Magdeleine a fondé, vécu la fraternité
avec les gens qu’elle côtoyait. Pas étonnant si aujourd’hui des personnes,
en découvrant son itinéraire de spiritualité, trouvent leur propre chemin
pour aller à Dieu.

Comme un rameau qui surgit

 

Hasards et circonstances…

Après des sessions d’été « Marche et Parole »,
Suite à une conférence sur la vie des Fraternités,
Ou encore par des amitiés qui invitent au partage…

Des personnes ont éprouvé l’envie de continuer la route entrevue et déjà un peu amorcée.
Ainsi Sophie, Monique, Marie Andrée, Anne Cécile, Sylvie
et quelques petites sœurs se sont lancées dans l’aventure
d’une nouvelle fraternité.

 

Force et faiblesse nous rassemblent

« La fragilité de l’Enfant de Bethléem a rejoint chacune de nous dans sa fragilité,
avec Lui nous pouvons accueillir cette faiblesse qui souvent nous fait peur. »

« Au travail, le petit Jésus est derrière mon ordinateur et quand ça ne va pas,
discrètement je le prends dans ma main. »

« Une communauté fraternelle entre nous c’est aussi aidant car nous venons chacune avec nos cassures et le Petit nous rassemble »

 

 

 

Sophie et Patricia préparent le repas

« Les haltes, en immersion dans une fraternité de petites sœurs, nous imprègnent de la spiritualité et nous donnent des forces pour repartir vers nos Nazareth. »

« Prière, attention fraternelle et tâches ordinaires sont les axes de nos rencontres. »

« Vivre la spiritualité de Charles de Foucauld à la lumière de la vie et des écrits de Petite sœur Magdeleine de Jésus.

« Je sens que je vais à la rencontre de mon identité profonde, pour la libérer. »

« La vie contemplative dans la vie ordinaire ça me reconstruit »
« L’adoration m’apaise et me redonne la joie que j’avais perdue. »

 

 

 

 

 

Quel lieu pour ces haltes ?

 

Arrivant de différentes région du Nord de la France et Belgique, les retrouvailles se font à la fraternité de La Villetertre, proche de Paris, facilement accessible par le train.

A d’autres moments et pour connaître l’environnement de chacune, quand c’est possible, les rencontres se sont organisées dans les lieux de vie de l’une ou de l’autre.

 

 

 

 

Du côté des petites sœurs ?

En 1947 Petite Sœur Magdeleine écrivait :

« Depuis longtemps déjà, autour du Père de Foucauld, s’est crée tout une Fraternité d’amis qui cherche à avoir avec les Petits Frères, avec les Petites Sœurs en plus d’un lien étroit d’amitié, un lien beaucoup plus profond dans une communauté de spiritualité et d’esprit. »

 

La recherche d’une communauté de spiritualité et d’esprit n’est donc pas nouvelle,
Il n’empêche, cela bouscule nos façons de vivre la fraternité, y compris dans le concret d’une vie de maison. Voilà une invitation à nous ouvrir à la nouveauté, de nous réveiller, de réfléchir aux questions qui surgissent…

Alors même s’il a fallu traverser nos peurs, chacune y trouve une ouverture, une richesse.

 

Monique un jour de promenade

 

« Ces moments de vie communautaire pour
relire mon quotidien en famille, au travail,
dans le voisinage… ça m’apporte tellement
que j’ai envie de partager avec d’autres personnes,
de faire connaître cette vie fraternelle,
c’est un aspect essentiel dans notre monde. »

Monique

2 réflexions au sujet de “Un « Rameau » surgit

Laisser un commentaire