Côté femmes à Calais

Combien sont-elles dans ce groupe humain composé d’environ quatre-vingt-dix pour cent d’hommes?

Certaines sont hébergées au centre d’accueil en bordure du bidonville,
d’autres vivent en famille ou seules avec leurs enfants sur le terrain.

Joanna et Monika, petites sœurs en France, viennent de vivre,
grâce au Secours Catholique présent à Calais, des moments intenses
de partage avec ces femmes enfouies dans le quotidien d’un bidonville.


Aller vers elles

Avec Mariam, du Secours Catholique, nous partons un matin au-devant des femmes du bidonville pour les inviter à une journée hebdomadaire qui leur est réservée à elles et à leurs enfants.

La bretelle de sortie d’autoroute donnant accès au bidonville est fermée, nous n’avons d’autre solution qu’un détour par le port. Route impressionnante, car encadrée de clôtures immenses dans leur longueur et leur hauteur. A leur sommet des pièces coupantes dissuadent  quiconque tenterait  l’escalade.

 

 


Humaines dans la précarité

De tentes en abris de fortune nous rencontrons une à une les habitantes de ce bidonville.
Il pleut sans cesse il reste peu de place au sec.

Elles n’ont pas grand-chose à disposition et pourtant le thé, le café, un morceau de pain…
nous sont offerts à chaque fois.

La veille il y a eu des bagarres, ce qui n’a rien d’étonnant vu la promiscuité, la fatigue,
les espoirs déçus… et les tensions politiques vécues dans les pays d’origine.
Les femmes nous disent leur peur. Peur pour leurs enfants, pour elles-mêmes.


Un peu de répit

Cette journée réservée aux femmes se veut un répit dans la tension ambiante.
Au local du Secours Catholique nous préparons ensemble le repas. Puis nous nous installons, à quelques-unes, sur un tapis déroulé à terre, pour prendre le thé et discuter.

Ce jour-là nous sommes nombreuses, heureusement des bénévoles sont venues en renfort. Le local ressemble à une ruche qui bourdonne d’activité dans le calme :

– peintures, gommettes, jeux… pour les petits,
– Tableaux à gratter… pour les ados,
– Tricot, crêpes… pour les mamans


 

 

Debouts dans le moment présent

Sonia participe aux activités tout en surveillant sa fille de huit ans, une petite fille déjà grande et sérieuse pleine d’écoute et de sagesse.
Malika dit son angoisse, sa souffrance d’avoir vu son mari assassiné au pays. Un mari qui était bon et qu’elle aimait.

Tout en gardant une constante inquiétude au fond d’elles-mêmes, elles goûtent un peu de détente à écouter de la musique, à danser, à retrouver un peu de plaisir par le maquillage mis à disposition.

 


 

Avec celles qui ne peuvent venir

Nous allons manger dans une famille syrienne, Mariam avait apporté le matin de quoi faire la cuisine. Cette fois nous sommes chez elles, côté femmes de la famille, nous discutons avec leur trésor : une jeune fille de 14 ans.

Puis nous continuons et rencontrons une famille dans une petite caravane. La maman prépare le thé, du pain, des noix… Nous sommes au Proche Orient, cette hospitalité sacrée nous touche toujours. Ils n’ont rien et ils partagent le peu qu’ils ont.


 

Réciprocité

Fatigue, lassitude, peur… se lisent sur le visage de ces femmes et pourtant quand nous parlons avec elles nous voyons bien qu’elles ne s’appesantissent pas sur leur sort.

Si nous souhaitons, par notre démarche, leur apporter un peu d’amitié et de réconfort, nous constatons que nous sommes en présence de femmes dignes et fortes dans ce qu’elles assument aujourd’hui.

La rencontre est riche de réciprocité et cela nous émerveille.

 

2 réflexions au sujet de “Côté femmes à Calais

Laisser un commentaire