Ilot d’accueil

 

 

« Je découvre Lampedusa comme un lieu qui appartient
à des mondes différents;
C’est une petite île, plus proche de l’Afrique que de l’Italie.
Elle est un symbole, un message de fraternité. »

 

Que veulent dire ces mots de Franca, petite sœur en Italie?

A la demande de l’Union Internationale des Religieux, elle s’est rendue,
avec deux autres sœurs de congrégations différentes, à Lampedusa à  la
rencontre des migrants et des habitants de l’île.

 

 

De frêles embarcations

 

Accueil sur la jetée

« Un jour de février j’ai été admise à faire partie du groupe
d’accueil sur la jetée où s’activent surtout les militaires.
Nous attendions 70 personnes en provenance de Libye,
leur frèle embarcation surchargée était secourue par
les gardes côtes.

L’attente était longue, j’étais très émue, je priais car l’opération
était risquée jusqu’au bout.

 

Hors danger

Enfin nous pouvons serrer des mains abîmées, offrir un
verre d’eau, un sourire, un mot de « bienvenue ».
Malgré la fatigue, la joie d’être tous saufs illumine les visages,
les leurs et les nôtres.
Les gardes côte, fatigués eux aussi, ont le regard serein d’avoir
sauvé des vies, j’ai de l’admiration pour eux.

 

Sur la place

 

Libérer la parole

Le lendemain nous nous retrouvons sur la place de l’église,
ou encore en petits groupes autour d’un café au « Bar de l’Amitié ».

Une des premières nécessités est trouver l’accès au Wifi afin de
rassurer les familles restées au pays.

 

 

Au bar de l’amitié

 

 

Cette démarche faite, la parole se libère, jour après jour j’écoute
leur histoire. Ils sont tous différents et tous de la même humanité,
avec le désir d’une vie meilleure, de vivre dans un pays « normal »
où comme l’un d’eux disait:
« Je ne serai ni battu ni méprisé ».

 

 

 

Comment être proches ?

Maurizio de la communauté paroissiale aime les accueillir,
il leur fournit des petites pizzas, des cigarettes.
Mes sœurs les consolent avec des bonbons,
une association les met en lien pour envisager la suite…

 

 

 

Une étape

Lampedusa est un lieu de passage, premier bout de terre
ferme depuis la Libye mais pas la dernière étape de leur
odyssée, comme beaucoup le croient.
A cela ils me répondent : « mais nous sommes en vie » !

 

 

Par Luca Siragusa — https://www.flickr.com/photos/lucasiragusa/5254484262/in/photostream/Uploaded by MrPanyGoff, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18610709
Tous les habitants se connaissent

 

Avec les habitants de l’île

Tous les gens se connaissent, la paroisse est fervente.
C’est important pour moi d’être ici, la beauté de l’île et
surtout l’accueil des gens est magnifique, les portes nous
sont ouvertes et ils comptent sur nous pour visiter les
personnes âgées et malades.

« Dans un monde qui bouge, nous avons nous-mêmes des déplacements à faire.
Laissons-nous surprendre, osons risquer, sortir de nos sécurités pour répondre
aux appels et aux événements. »
Relecture internationale de la Fraternité

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire