« Green Hôtel »

C’est au « Green Hôtel » que Véronique et Monika
-Petites sœurs en fraternité dans l’Oise et dans le Nord-
ont rendez-vous avec leurs amis de passage à Calais.
Ces amis cherchaient un lieu calme et pas cher où passer la nuit…

 

Tentes sous les arbres

Retrouvailles

Lorsque nous arrivons le matin, guidées par Aman et Véronique B,
nos amis sortent à peine de leur sommeil sous tentes.

Après un thé bien chaud commencent les discussions et même une partie de ballon pour se mettre en forme.

Combien sont-ils en ce lieu appelé encore « Petite forêt »?
Vingt, trente, quarante… entassés dans une dizaine de tentes sous les arbres.
Ils ont fui l’Érythrée, leur pays, à cause de la guerre.

Ici une autre guerre les attendait.

 

 

Partie de ballon

Liberté

Cet « Hôtel de Verdure » coincé entre une route et une rocade est loin d’être un vrai repos. Régulièrement les forces de l’ordre viennent en vider le lieu. En août prochain il est même question de clôturer ce parc.

Depuis 2015 nous venons régulièrement à Calais et c’est avec une immense tristesse que nous voyons la ville s’entourer de plus en plus de grillages de clôtures. Des murs bien concrets et ceux qui sclérosent les cœurs.

 

 

 

 

Claudine et Brigitte recyclent à l’atelier couture

La peur

Certains habitants sont transis de peur, inquiets pour leur vie quotidienne,
gênés par des comportements qu’ils ne comprennent pas (manque d’eau, de sanitaires),
d’autres habités de préjugés, d’amalgames.

Pour quelques uns c’est le repli, pour d’autre la violence.

D’autres encore osent la rencontre, cherchent des moyens pour aider, encourager, réconforter…
Un bol de soupe, un sourire… ceux là doivent s’attendre à pâtir un jour ou l’autre de leur audace solidaire.

 

 

Lumières et ténèbres

Ne fermons pas les yeux sur l’obscurité et la lumière qui habitent notre humanité qu’elle soit en errance ou implantée.
Les mouvements de société nous déstabilisent et ouvrent ou ferment à la rencontre de l’autre quel qu’il soit.

« Ce qui fait peur, c’est la représentation que l’on se fait des migrants…
Mais cette peur disparaît dès que l’on sort de l’imaginaire et
que l’on entre en relation individuellement avec les personnes. »

Père Antoine Paumard, SJ, Journal La Croix du 20 Juin 2018

 

 

Quelques planches, un feu

Maraude

Ce matin à « La Verrotière » les tentes sont encore debout, elles ont été épargnées par les forces de l’ordre.
Autour d’un feu, quelques hommes, une femme, nous allons nous assoir sur les pierres et parler avec elle. Temps d’amitié, d’humanité, dérobés aux rejets.

Ensemble nous offrons nos mains à la chaleur des flammes, il fait si froid.

 

 

 

 

 

Partie animée

Antenne d’accueil

Chaque après midi s’ouvre l’accueil à l’antenne du Secours Catholique en centre ville.
Espace clair, spacieux, pratique pour les diverses animations qui s’y déroulent : jeux, film, coupe de cheveux, entretiens pour les papiers… thé chaud et café à volonté.

Un soir, juste avant de partir, nous assistons à un quatuor magique de guitares désaccordées. Trois Érythréens et un Afghan grattent leurs instruments à des rythmes décalés !
Au delà de la performance musicale, l’image de cet ensemble inattendu joue une note d’espérance à notre humanité malmenée.

 

 

Icône de la Trinité

Apaiser notre cœur

Un soir, toutes les deux, nous partons à pied effectuer quelques courses.
Nous prenons des chemins de rallonge afin d’extérioriser les tensions emmagasinées.
Ce dont nous avons été témoins au long jour bouleverse nos cœurs : l’espoir, la répression, la fraternité, les insultes…

C’est tout cela que nous déposons dans la prière et le silence avant de nous coucher.

 

« N’oubliez pas de bien recevoir ceux qui viennent chez vous.
Quelques-uns, en faisant cela, ont reçu des anges sans le savoir. »

Livre de la Bible Hb 13, 1-2

 

Laisser un commentaire