Réjouissez-vous avec moi

Comme il est bon de partager les bonnes nouvelles !

On ne peut oublier les conflits, les guerres, les séismes…
qui ravagent notre planète et, au plus près de nous, les
épreuves de famille, de voisinage, de travail…

A plus forte raison accueillons les bonnes nouvelles qui nous dynamisent,
embellissent notre monde, nous donnent de l’espérance.

 

 

Applaudissements

Des applaudissements éclatent dans notre petit groupe,
Véronique vient de nous annoncer l’obtention de ses papiers
pour séjourner dix ans en France.

 

 

 

 

Un long chemin

Atelier dessin avec des migrants

Par Véronique, notre sœur, nous éprouvons le parcours sévère et incertain d’une demande de régularisation à rester sur le territoire français.

 

Attentes, reports, insuffisance de documents, raisons diverses, examens, vérification de la langue, lieux administratifs changeants, parfois même humiliations. Tout semble concourir à décourager celle ou celui qui cherche à séjourner en France pour un temps plus ou moins long.

 

Pour continuer la route et ne pas désespérer Véronique bénéficiait
du soutien de la fraternité, qu’en est-il de ceux qui traversent ces
épreuves tout seuls?

 

Ne pas les oublier

« Une attente interminable »

« Il y a eu tant de jours d’angoisse » -nous dit Véronique-
« à cause d’une attente interminable et sans savoir ce qui arriverait au final.

Et puis la joie de recevoir « les papiers »

Ma satisfaction ne me fait pas oublier ceux qui n’ont aucun soutien, qui attendent encore.

Durant ces démarches j’ai rencontré des personnes originaires de tant de pays différents. Nous ne nous sommes pas seulement côtoyés, des dialogues se sont engagés, des partages de la vie familiale, la détresse, la peur de l’avenir… et l’espoir ! Tous ceux-là restent dans mon cœur et ma prière.

Notre spiritualité de proximité, au plus près du monde, est venue me rejoindre là pour partager la situation de mes frères et sœurs étrangers. »

 

Un défi pour la Fraternité

Retrouvailles lors d’une rencontre internationale

Notre congrégation, internationale depuis ses origines, veut favoriser la rencontre des peuples.

Petite Sœur Magdeleine, marquée par l’anéantissement de sa famille pendant la Première Guerre Mondiale, a voulu donner à cette congrégation nouvelle qu’elle fondait, un visage d’unité.
Unité entre nous, unité dans l’ouverture à d’autres cultures en nous mélangeant autant que possible dans nos fraternités.

Aujourd’hui, à cause des complications politiques entre les Etats, c’est un vrai défi de persévérer dans cette ligne.
Si les cultures différentes nous bousculent, nous désinstallent,
elles sont aussi source d’ouverture, cela vaut la peine de braver
les tracasseries administratives pour goûter cet enrichissement.

 

Laisser un commentaire